Le forum RP de la Guilde de La Chope Sucrée sur Kirin Tor
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Clove Stryder : Condamnée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Clove Stryder



Messages : 2
Date d'inscription : 20/06/2016

MessageSujet: Clove Stryder : Condamnée   Lun 20 Juin - 13:32

Ma place.

Les yeux clos, je suis installée en tailleur sur ma couche de fortune dans ma cellule. Quand mes paupières sont closes, j'ai presque l'impression que je suis libre, avec lui. Et nos enfants. Je le vois jouer avec son fils, les yeux emplis de fierté, et moi qui garde notre fille sur mes genoux.

- Madame. Y'a Kravus qui veut vous parler.

Je soupire en rouvrant les yeux. Ça me ramène très vite à la réalité de ma condition, dans ma cellule du Norfendre. Les murs de pierre gelés, les lits défoncés, la bouffé dégueulasse. Et les deux détenus les plus balaises devant ma cellule, en gardes du corps. Il faut dire... Que j'ai mérité ma place.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Alors que je profitais du soleil de l'après-midi qui réchauffait ma peau pâle, cela dû aux nombreux jours passés enfermée, un groupe d'individus peu fréquentable s'est approché. Un homme baraqué, barbu et sentant la sueur à plein nez marchait en tête de groupe. Malgré l'odeur, il n'en restait pas moins impressionnant. Ce devait être le chef, puisqu'il prit la parole en premier :

- J'ai rarement vu d'aussi jolies femmes par ici...

- En même temps... Vu ta gueule, lui dis-je, tu dois pas attirer grand monde ici.

Il fronce les sourcils, mais ne relève pas ma pique.

- Il se dit dans les quartiers que tu es une Stryder... Mais je n'y crois pas.

Je relève mon regard sur le type en question.

- Si tu n'y crois pas... Pourquoi tu demandes ?

- Parce que je veux en avoir le coeur net.

- Oh.. Je vois. Et bien tu peux rassurer tes petits copains, parce que c'est bien moi. Clove Stryder.

- Hé vous entendez les gars ?! Nous avons sa femme parmi-nous ! En personne ! Elle mérite clairement pas de rejoindre mon groupe..Pas vrai les mecs  ?!

Un groupe s'est formé autours de nous. Une voix grave et masculine s'élève dans les rangs :

- Tu ne devrais pas la provoquer comme ça, Kravus. Méfie-toi.

- Et pourquoi donc ? Tu crois qu'une gamine comme ça va s'attaquer à moi ?

- Je t'aurais prévenu, lui lance l'inconnu.

- Hé, gros balourd. Regarde moi.

Avant même qu'il ait fini de se tourner vers moi, mon pied part violemment dans son genou gauche. Je le vois tomber, juste au bon niveau, et j'arme mon poing droit pour lui mettre une grosse mandale en pleine mâchoire, ripant sur son nez. L'os nasal fait un bruit de craquement sonore, tandis que je l'attrape par les cheveux, et que je le ramène vers moi en montant mon genou. Sa mâchoire fait un son horrible, et il recrache une dent. Mine de rien, il a les os costauds. Je remercie ma chance qu'il m'ait autant sous-estimée, et que j'ai été assez rapide pour le mettre au sol. Je détends mes doigts en les bougeant un peu, les gardiens débarquent et assènent des coups de matraques à plusieurs d'entres nous pour séparer le groupe. Tout le monde est mis à terre, le temps que les esprits se calment.

- Alors ? Tu me crois toujours pas capable de t'en mettre une ?

Il n'a jamais répondu. Il était inconscient.

Curieusement, après ça, tout le monde a été très respectueux avec moi. A un point presque maladif, et jusqu'à me fournir une escorte et le meilleur traitement possible en prison. Mêmes les gardiens faisaient mine de changer de couloir pendant leur ronde quand j'arrivais avec mes balourds.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Encore cet abruti. Génial.

- Fais rentrer.

Je vois Kravus. Le chef déchu, et les yeux pleins de haine arriver dans ma cellule. Les deux balaises le surveillent, une main dans la poche. Probablement serrée sur un canif de récupération.

- J'voulais te dire, Stryder...

- C'est Madame, pour toi.

Il serre le poing. Il sent bien que la situation n'est pas à son avantage. Mais il arrive pourtant a se détendre.

- Je voulais vous dire, "Madame", que j'étais désolé. Je vous ai clairement... Sous-estimée...

Ça doit lui arracher la gueule, à un point. Mais Jim me l'a toujours dit, il faut savoir composer avec ses amis, et accepter la reddition de ses ennemis. Je finis par me lever.

- J'en attendais pas moins de toi d'un homme de ta trempe, Kravus.

Je le prends par l'épaule et l'emmène à l'entrée de ma cellule.

- Tu as bien compris que je n'allais pas rejoindre ton groupe. Mais bienvenue à toi dans mon royaume.

Mon bras libre finit de lui désigner d'un geste large le reste de la prison, et Kravus se fend enfin d'un sourire.

Celui du tueur loyal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clove Stryder



Messages : 2
Date d'inscription : 20/06/2016

MessageSujet: Re: Clove Stryder : Condamnée   Lun 20 Juin - 13:33

Liberté

Assise sur mon lit défoncé par le temps et par les nombreux détenus ayant passés du temps enfermés, à en croire toutes les inscriptions sur la pierre. Je me prends encore à rêvasser... Libre, lui et nos deux beaux enfants, profitant du soleil couchant de la plage... Deux coups secs contre la porte, et la tête de Kravus y passe :

- Madame, les gardiens sont là.

- Fais les entrer.

Constamment ramenée à la dure réalité, le même rêve toujours brisé par les incessants allées et venues des gardiens, des hommes de main, des femmes... Gouverner ce royaume n'est pas de tout repos.

- Madame Stryder, c'est l'heure.

Je me lève de la couche, rassemble le peu d'affaires à moi, gnomographie de mes enfants envoyée par Rislon, différents messages de mes loyaux sujets de prison, un canif aiguisé planqué dans une vielle serviette de toilette qu'on m'avait donné à mon arrivée.

Je regarde ma cellule, qui va être donnée à un autre détenu après un bref nettoyage. J'ai laissé quelques messages par ci et par là dans la cellule pour le prochain venu. Histoire qu'il sache qui a occupé cette couche et l'honneur qu'il aura de l'occuper ensuite.

Je regarde Kravus en lui assurant avec fermeté que nous nous reverrons très bientôt. C'est une promesse que je lui fais. Mais son regard semble soucieux. Je me retourne ensuite vers les gardiens :

- Je suis prête. Nous pouvons y aller.

- Nous aussi nous sommes prêts, il ne manquait plus que vous.

En passant devant les cellules de mes ennemis, camarades et loyaux sujets, j'entendais un murmure monter... Puis plus fort, des cris. Ils criaient tous mon prénom à l'unissons, la prison entière était en effervescence face à mon départ. Les gardiens peinaient à rétablir le calme, moi, j'avançais, le port droit, la tête haute, les poignets enchainés aux chevilles, les bruit de mes chaînes était bien largement recouvert par les festivités.

- Je suis bien content que vous partiez, madame Stryder. Vous avez mis un sacré bordel là dedans.

Le Capitaine avait une goutte de sueur qui perlait sur son front. Il avait bien du mal à maintenir l'ordre dans la prison, les nuits sont difficiles ici.

- Je garderais de bons souvenirs de mon passage ici, Capitaine. Un conseil... Changez de cuisinier, la bouffe est dégueulasse. Votre côte remontera, mais elle restera toujours, derrière la mienne.

Mon regard est dur, froid, je garde la tête haute face à lui. Il m'enlève les fers, je frotte un peu les zones irritées par les bracelets de métal glacé. Je récupère mon sac et je m'en vais. Le Capitaine m'offre un manteau de fortune :

- Il fait froid dehors. Mais vous allez survivre, je n'en doute pas une seule seconde ...

Me dit-il avec un ton ironique. Il est vrai que les murs de pierre de la vielle bâtisse protégeait des bourrasques de vent violent.

Les portes se sont ouvertes sur des rafales de vent mêlées à des flocons de neige. J'ai découvert un paysage enneigé. Il fait nuit presque noir. Ils m'ont donnés une torche et m'ont poussé à l'extérieur en me souhaitant bonne chance avec la phrase qu'ils doivent dire à tout le monde :

- On espère ne jamais vous revoir ici.

Sauf que je ne suis pas, tout le monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Clove Stryder : Condamnée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les condamnés
» Condamné par le royaume.
» Des procès clic-clic ou de l'art de l'antijeu manifeste
» Les Targaryen dans le JCE
» Procès ayant opposé Biloute au Comté de Flandres [Coupable]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Taverne de La Chope Sucrée :: La Taverne de La Chope Sucrée et ses clients :: Le comptoir-
Sauter vers: